Les Croteau d'Amérique


ACCUEIL NOS RACINES ARBRE GÉNÉALOGIQUE
OUVRAGES  PDF ANCIENS DOCUMENTS PATRIMOINE
ARMOIRIES MISSION PHOTOS HISTORIQUES
ÉVÈNEMENTS LIENS CONTACTEZ-NOUS

Nos racines

De Veules-les-Roses, Pays de Caux, France

On voit La Veules, plus petit fleuve de France Moulin sur la Veules

                                                                           

Pour plus de détails sur Veules-les-Roses, voir le site officiel de cette ville (cliquer ici)

 

À Saint-Antoine-de-Tilly, Nouvelle France

Maison ancestrale des Croteau vue avant Vue arrière avec le grand fleuve Saint-Laurent




C'est à Veules que serait né Vincent Croteau vers 1644, fils d'André Croteau et de Marguerite Métayer.  Vers l'âge de 20 ans il s'engagea chez les pères Jésuites et partit pour Québec en Nouvelle-France.  Au recensement de 1665 et de même en 1666, son domicile est indiqué comme étant le Collège des Jésuites près du Chateau Saint-Louis.  Il pratiquait à ce moment là le métier de cordonnier.

En 1669, son contrat avec les Jésuites se termina et des ''filles du roi'' débarquèrent à Québec.  Le 22 septembre, Vincent Croteau épousait Jeanne Godequin, née en 1649 à Notre-Dame d'Amiens.  Le couple s'établit d'abord à Cap Rouge pour cultiver une terre qu'il loue.  Il déménage en 1677 sur une autre terre louée à Sillery.  Il faudra attendre 1684 avant de retrouver la famille de Vincent Croteau sur le lot ancestral qui fera plus tard partie de la paroisse de Saint-Antoine-de-Tilly. 

On retrouve la description de ce lot dans un contrat qui date du 14 mars 1684.  En voici un extrait:  ''Pardevant Gilles Rageot, notaire garde-notes du Roi, notre Sire en la prévôté de Québec, en la Nouvelle-France, furent présents en la présence Messires Pierre Duquet, Sieur de La Chenaye, procureur du roi et notaire royal, en la dite prévôté demeurant en cette ville, lequel volontairement a reconnu.... et confessé avoir bailli, quitté, cédé, transporté et délaissé dès maintenant et à toujours à titre de cens et rente seigneuriale à Vincent Croteau, demeurant de présent à la Côte Lauzon, présent et acceptant prenant pour lui ses hoirs ou ayants cause, six arpents de terre de front sur le fleuve Saint-Laurent et quarante arpents de profondeur dans les terres à commener à haute marée et finir à la fin des dits quarante arpents de profondeur.....''

Pour plus de détails concernant les générations de Croteau qui sont nées sur cette terre ancestrate, prière de consulter la rubrique ouvrages et plus particulièrement Le domaine ancestral des Croteau d'Amérique, par René Croteau 1997.